Le violoncelle est un instrument de musique à cordes frottées (mises en vibration par l’action de l’archet) ou pincées (pizzicato). Celui-ci est rarement joué avec le bois de l’archet (col legno). Longtemps pratiqué en position assise entre les jambes, le violoncelle repose maintenant sur une pique escamotable. C’est un instrument très prisé dans les opéras. Comment le violoncelle a-t-il été créé ? Comment se présente-t-il ? Voici toutes les réponses !

violoncelle

Historique du violoncelle

Le violoncelle est un instrument de la famille des cordes frottées par un archet. Cette dernière a été constituée en Italie au cours du XVIe siècle dans le prolongement des instruments du type rebec et lira (Lira da braccio et Lirone). Le violoncelle conserve les accords en quinte et sa forme renvoie au gothique tardif des instruments du type rebec et lira, différents des bourdons. Vers 1530, la basse de violon (instrument apparenté au violoncelle) était un instrument plus petit qu’il ne l’est aujourd’hui. Il était doté de trois cordes et accordé d’une quinte au-dessous du violon. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui puisqu’il est à présent composé d’une quinte et d’une octave.

En 1550, une quatrième corde grave fut ajoutée et l’accord revu. La taille du corps de l’instrument hors marche augmente jusqu’à 80, voire 85 centimètres. Sa taille actuelle est d’environ 76 centimètres. Les luthiers commencent alors à fabriquer de plus petites basses de violons et les anciens furent retaillés. Le violoncelle est donc un grand violon réduit.

Les aspects techniques du violoncelle

Les instruments modernes ont une longueur de corps (hors manche) qui varie entre 74 cm pour les plus petits à 76,5 cm pour les plus grands. Il existe plusieurs autres tailles classées en ordre croissant. On peut donc compter le seizième, le huitième, le quart, le demi, le trois-quarts, sept-huitièmes et l’entier. Parlant de ce dernier, il en existe de diverses tailles.

Constitution du violoncelle

Plusieurs éléments forment le violoncelle.

  • La pique

C’est une pièce de métal, parfois en bois tourné, supportant le violoncelle. Elle est aujourd’hui généralement un mince piquet de 30 à 60 cm terminé par une pointe métallique. Cette pique peut coulisser dans le violoncelle à des fins d’ajustement ou de rangement. Elle a été rendue nécessaire par la complexification de la technique de main gauche. En effet, avec l’augmentation du nombre et la magnitude des mouvements de l’instrumentiste, un instrument plus stable s’est vite avéré indispensable. Cependant, cette composante est désormais utilisée pour remonter progressivement le violoncelle vers l’oblique.

  • Les cordes

Ici, elles sont au nombre de 4. On a le do (la plus grave), le sol, le ré et le la (la plus aiguë). Celles-ci étaient faites en boyau, mais de nos jours, elles sont en acier la plupart du temps. Le matériel de filage peut être de l’acier, un alliage en argent ou bien du tungstène. Le choix de la corde est un choix personnel qui est dicté à la fois par les préférences de l’instrumentiste et par la réponse sonore de son instrument.

Par ailleurs, les cordes en boyau ont la réputation de produire un son plus chaud et plus riche, mais de moins tenir l’accord. Celles-ci sont sensibles à l’hygrométrie. Les cordes neuves quant à elles prennent quelques jours avant de donner leur son définitif. Elles durent entre quelques jours et quelques semaines pour un usage intensif et exigeant. Il peut aussi falloir plusieurs années pour un usage peu fréquent. Certaines cordes ont la réputation de perdre leurs qualités de timbre après une certaine utilisation.

Les techniques de main gauche

​​​​​​Parmi les techniques de mains gauches, il y a notamment l’extension, le démanché et le vibrato.

  • Extension

Il s’agit du déplacement d’un ou de plusieurs doigts de la main gauche sur la touche dans le but d’atteindre des notes plus aiguës, plus graves d’un demi-ton ou d’un ton, voire plus.

  • Démanché

Cette technique quant à elle consiste à déplacer la main gauche dans le sens du manche afin d’atteindre des notes plus aiguës ou plus graves.

  • Vibrato

Encore appelé vibrato au violoncelle, comme sur les autres instruments à cordes, c’est une ondulation expressive de hauteur d’une note. Il est produit par une oscillation du doigt avec une amplitude et une vitesse plus ou moins grande suivant l’effet recherché.

Les violoncelles célèbres

Les plus célèbres instruments qu’utilisaient les grands luthiers sont nommés. Ils ne sont pas nommés par le luthier, mais par l’histoire et leurs diverses interprétations, en particulier ceux de Stradivarius. On retrouve ainsi,

  • le « Duport », l’instrument de Mstislav Rostropovitch entre 1974 et sa mort ;
  • le « Gore-Booth », spolié par les Nazis en 1938 à Vienne (Autriche) ;
  • le « Servais », un instrument de grande taille (environ 3 cm plus grand que les violoncelles actuels), il appartenait au violoncelliste belge Adrien-François Servais ;
  • le « Goffriller » (1733), joué par Pablo Casals jusqu’à sa mort.

Par ailleurs, le « Poilu » est aussi un instrument fabriqué avec des moyens de fortune selon Maurice Maréchal. Pendant la Première Guerre mondiale, il était conservé au musée des instruments de la Cité de la musique et possède selon Emmanuelle Bertrand « une vraie personnalité ».

Les luthériens français

En ce qui concerne l’école française de lutherie, les noms les plus célèbres sont Lupot, Jean-Baptiste Vuillaume, Sébastien-Auguste Bernardel Père dont une basse appartient à Navarra. La basse n ° 189 de 1853 présentée à l’exposition universelle de Paris en 1855 est actuellement la propriété de Jean-Eric Thirault, violoncelle solo de l’opéra de Marseille.